Publié le Laisser un commentaire

Tapisserie siège : garniture traditionnelle – La mise en crin et l’emballage : étape 5

La mise en crin

Au préalable, le crin doit être étiré même s’il est vendu « cardé ». En effet, son conditionnement provoque un tassement inégal du produit. Le crin est donc ouvert et écarté pour lui redonner du volume afin de préparer des poignées de crin homogènes.

La poignée doit être de forme allongée pour pouvoir être prise à pleine main. Pour mettre la poignée en place, on passe par-dessus le lacet à garnir puis on glisse la main sous la ficelle et on enroule le crin autour du lacet de façon à obtenir une boule qui désormais ne peut plus sortir seule.

On termine l’opération en tirant fort sur la ficelle suivante pour bien plaquer le crin contre la toile forte. L’opération est réitérée sur chaque lacet.

Il est préconisé de commencer par la partie arrière en avançant progressivement vers l’avant pour finir sur la devanture qui nécessite un volume de crin plus important.

Lorsque tous les lacets sont garnis de crin, ce dernier est de nouveau cardé pour homogénéiser le volume et résorber bosses ou creux.

L’emballage

L’emballage consiste à emprisonner le crin dans une toile d’embourrure et à donner une première forme à la garniture. On prend la mesure de la toile sur le crin, sans appuyer, d’une ceinture à l’autre dans le sens de la profondeur et dans le sens de la largeur.

Pour faciliter la mise en toile, droit fil, on trace un axe perpendiculaire à la devanture en suivant le fil de la toile. La toile est ensuite appointée, en adéquation avec les axes de la ceinture, avec des semences de 6 ou 12 en commençant par l’arrière du siège puis l’avant et enfin les côtés.

L’emballage doit se faire en rempliant la toile entre le bois et le crin, en tassant le crin et en modelant le bord de la garniture en suivant le plus possible les formes du siège.

Point de vigilance : les semences ne sont pas fixées mais seulement appointées.

Laisser un commentaire