Publié le Laisser un commentaire

Abat-jour : comment équerrer un tissu ?

Le sens du tissu

Un tissu est formé du croisement des fils de chaine et des fils de trame. Les fils de chaine sont parallèles à la lisière du tissu et les fils de trame sont perpendiculaires au fil de chaine.

L’équerrage du tissu

L’équerrage d’un tissu consiste à rendre perpendiculaires entre eux les fils de trame et les fils de chaine.

Cette opération de base est très importante car elle permet de découper correctement le tissu qui servira soit pour un abat-jour contrecollé ou encore pour former les plis ou les fronces d’un abat-jour couture.

dusiegealabatjour – équerrage d’un tissu
  1. placez votre tissu sur un carton gris de travail,
  2. disposez votre règle le long du fil de trame à un ou deux centimètres par rapport à la hauteur du tissu puis épinglez le haut du tissu,
  3. posez une équerre perpendiculairement à la règle à un ou deux centimètres de la lisière du tissu, maintenir les fils de chaine de façon à ce qu’ils suivent le côté de l’équerre, puis épinglez la lisière gauche du tissu,
  4. vous pouvez également épingler la lisère droit du tissu ce qui vous permettra d’avoi plus d’aisance dans la manipulation de votre tissu,
  5. enfin, de façon à ce que le tissu soit bien positionné sur le carton de travail, épinglez le bas du tissu.

A noter : l’épinglage du tissu doit être réalisé en trois, voir quatre temps

  1. l’épinglage sur le haut du tissu le long du fil de trame,
  2. l’épinglage sur le côté gauche de la lisière du tissu,
  3. l’épinglage sur le côté droit de la lisière du tissu (optionnel),
  4. l’épinglage sur le bas du tissu.
Publié le Laisser un commentaire

Abat-jour contrecollé : le matériel nécessaire

Si vous vous lancez dans la confection d’abat-jour, il faudra vous munir d’un minimum de matériel. Vous trouverez ci-après une liste non exhaustive qui peut évoluer en fonction de votre projet.

Pour le traçage du patron de l’abat-jour contrecollé

  1. pour la protection de votre plan de travail : un carton propre de 3 ou 4 mm d’épaisseur ou une planche de coupe – certaines planches de coupe sont imprimées d’un quadrillage millimétré et supportent les découpes au cutter,
  2. une règle plate métallique gradué de 50 cm minimum – plus la règle est lourde plus la découpe est précise,
  3. une équerre pour construire les patrons et équerrer les tissus,
  4. un compas pour construire les patrons,
  5. un rapporteur afin de repérer l’angle de fermeture des abat-jour contrecollés et reporter les angles des abat-jour lors du traçage des patrons,
  6. un rouleau de papier kraft ou des grandes feuilles blanches afin de fabriquer les patrons. Si vous choisissez du papier kraft pour réaliser les patrons, choisissez le en rouleau avec un grammage supérieur à 110g/m², le kraft sera plus simple à travailler,

Pour la coupe du patron de l’abat-jour contrecollé

  1. un cutter ou une paire de ciseaux courges pour la découpe du polyphane et des papiers,
  2. une paire de ciseaux pointus pour la découpe du tissu,

Pour la fixation et le collage du patron de l’abat-jour contrecollé

  1. des pinces à linge afin de maintenir le polyphane sur la carcasse,
  2. un pot de colle vinylique blanche : elle s’utiliser pour remborder les marges de tissu ou de papier autour des carcasses et pour fixer les galons ou les soutaches sur les abat-jour contrecollés ou abat-jour couture. Cette colle permet également l’effilochage du tissu, il suffit pour celà de passer un léger film sur les marges des tissus avant leur découpe.
  3. un ou des pinceaux plats afin de coller les tissus ou papiers,
  4. un tube de colle claire spéciale abat-jour afin de coller le polyphane sur la carcasse,
  5. un ruban adhésif double-face qui permet de raccorder verticalement les abat-jour contrecollés,
  6. des houzeaux : il s’agit de grosses épingles utilisés par les tapissiers et qui permettent de fixer le tissu sur le plan de travail,
  7. un couteau de peintre qui permet de remborder les marges de tissu ou de papier autour des carcasses,
  8. un fer et une planche à repasser afin de préparer les tissus,
  9. de l’alcool à brûler afin de nettoyer les éventuels traits de crayons et les tâches de colle présentes sur le polyphane.

Publié le Laisser un commentaire

La Chaise à Ecoinçon Style Louis XVI – Partie I

Le dossier à Ecoinçon est un siège de style Louis XVI que l’on nomme également « en
Chapeau ».

Il peut avoir une forme droite comme le dossier dit « à la Reine » ou une forme
incurvée comme le dossier dit « en Cabriolet ».

Dans le cas d’un dossier dit « en Cabriolet », on a une garniture en sifflet ou dite en fuite car celle-ci vient en mourant dans le bas du dossier. Nous aurons une hauteur de 3 cm sur la partie haute de la traverse pour arriver à zéro sur la partie basse de la traverse.

La garniture prend des formes plus précises grâce à un piquage plus fin. Celle-ci peut se
terminer par ce que l’on appelle une garniture en lame de couteau avec un point de chainette juste après le bourrelet.

Sur la fin de ce style, les garnitures sont plus hautes et le bourrelet s’affine progressivement pour donner naissance aux garnitures en tableau des dossiers.

Intérêts
 Dossier entoilé
 Formes droite
 Piquage fin en forme de « sifflet »

Difficultés
 Feuillure entièrement apparente
 Emballage du dossier
 Piquage du dossier

Publié le Laisser un commentaire

La broderie s’invite à l’abbaye de Faremoutiers

La broderie est considéré comme un art de décoration et consiste à orner un tissu d’un motif. La broderie peut être réalisée de façon très simple mais peut également intégrer des matériaux autres que des fils et laine, comme des paillettes, des perles, des pierres précieuses …

On distingue trois grandes familles de broderie :

  • la broderie manuelle qui est réalisée à la main au moyen d’une aiguille ou d’un crochet,
  • la broderie semi-mécanique qui est réalisée au moyen d’une machine à broder,
  • la broderie industrielle qui elle est réalisée sur des machines à broder beaucoup plus imposante que l’on appelle machine à broder industrielle.

Cet été, l’atelier dusiegealabatjour.com a œuvré pour l’abbaye de Faremoutiers.

Afin de préparer les journées européennes du patrimoine, une cinquantaine de tabliers ont été brodés à l’effigie de l’abbaye et seront portés par les bénévoles qui préparent cet événement.

Dans le cadre de ces journées européennes du patrimoine, l’abbaye de Faremoutiers ouvre ses portes et vide ses greniers.

Cette manifestation aura lieu le samedi 19 septembre 2020, de 10h à 18h.

A cette occasion, sont programmés :

  • une visite guidée du parc,
  • une conférence historique,
  • un concert baroque à 17h30.

Vous aurez également accès à la boutique monastique, aux animations pour les enfants ainsi qu’à un service de restauration.

Pour d’avantages de renseignements :

Publié le Laisser un commentaire

Les abat-jour couture : les principes de base

Pour reconnaître un abat-jour couture, ce n’est pas sorcier, il suffit de regarder sa forme et son style, il est en effet constitué d’une carcasse spécifique et de tissu.

La carcasse

La carcasse représente la structure en métal qui forme l’ossature de l’abat-jour.

Une carcasse utilisée pour la confection d’un abat-jour couture doit être résistante car au moment de la couture du tissu, on va exercer une tension.

La carcasse d’un abat-jour couture doit donc comporter entre 4 et 8 branches.

Le tissu

Le tissu est le matériau qui permet d’habiller l’abat-jour couture. Le tissu pour la partie extérieure de l’abat-jour couture peut être froncé, tendu ou plissé. Le tissu que l’on retrouve sur la partie intérieure appelé également doublure permettra quant à lui à cacher les branches de la carcasse.

On retrouve également du tissu sur la partie haute de l’abat-jour couture qui permet de cacher les coutres, il s’agit le plus souvent d’un biais.

Enfin, ce qui donne l’aspect couture à l’abat-jour sont les finitions qui peuvent prendre plusieurs aspects : volants, bandes plissées, passepoils, frou-frou, passementerie, etc …

Les carcasses utilisées pour les abat-jour couture

  • Les carcasses droites qui sont constituées par deux formes géométriques identiques, reliées par des branches droites,
  • Les carcasses coniques qui sont les plus utilisées : la partie haute de la carcasse est plus étroite que la partie basse. Les carcasses coniques les plus classiques sont les modèles suivants : empire, chinois, marais et américain,
  • Les carcasses ovales qui sont constituées par deux ovales réunies par des branches droites, celui du haut étant plus étroit que celui du bas,
  • Les carcasses à pans coupés qui sont constituées comme leur nom l’indique de pans coupés et réunis par des branches droites,
  • Les pagodes qui se déclinent en trois modèles : à col, à bandeau et festonnées. Les pagodes ont la particularité d’avoir le haut légèrement plus petit que le bas et elles sont réunies par des branches concaves,
  • Les écrans : pour d’avantage de solidité, les écrans utilisés pour les abat-jour couture comportent plus de branches que ceux utilisés pour les abat-jour contrecollés.