Publié le Laisser un commentaire

Carnet 1 en tissu lin enduit

Un exemple de carnet confectionné en tissu lin enduit façon tadelakt.

Je travaille sur différentes tailles de carnet que je vous proposerais prochainement à la vente sur la Boutique. Si vous souhaitez être informé de leur mise en ligne, je vous propose de vous inscrire au blog, tout en haut à gauche de la page d’accueil.

Vous pourrez également confectionner votre propre carnet en assistant au cours qui seront proposés sur le sujet.

Vous pourrez ainsi vous laisser tenter par la création et créer votre carnet personnel avec vos propres motifs et vos propres couleurs.

Vous pourrez également y ajouter un pompon et le personnaliser comme vous le souhaitez, en choisissant la taille du carnet et en y insérant le nombre de pages que vous souhaitez.

Un cadeau original et unique à vous offrir ou à offrir 🙂

Publié le Laisser un commentaire

L’enduit travaillé sur le lin ou tout autre tissu épais

La technique de l’enduit sur le lin ou tout autre tissu épais ressemble exactement à celle utilisée sur le carton bois, il y a juste la matière de base qui diffère.

Voici un aperçu des différentes techniques utilisées et travaillées en atelier sous forme d’échantillon.

Ce qui rend le travail intéressant est que l’on peut choisir à l’infini les coloris, les matières, les motifs … tout est une question d’imagination et de personnalité.

Cette technique travaillée sur tissu permet par la suite d’élaborer des objets de décoration très personnels : sac, set de table, pochon, couverture de carnet, de cahier …. objets que je vous ferais découvrir prochainement dès que j’aurais eu le temps d’avancer sur les différents projets en cours 🙂

Publié le Laisser un commentaire

L’enduit sur le carton bois : des décors originaux et très personnels

La création d’objets de décoration très personnalisés

Si vous souhaitez créer des objets de façon ludique et très personnel, le travail de l’enduit sur le carton bois est fait pour vous. Il s’agit de la technique de l’Impasto ou technique de peinture d’empâtement, que l’on peut appeler également communément enduit pour plus de facilité.

En beaux-arts , le mot italien ‘Impasto’ désigne la technique dans laquelle la peinture non diluée est appliquée en épaisseur sur la toile soit avec un couteau, soit avec un pinceau. En utilisant cette technique d’empâtement, l’artiste mélange souvent la peinture sur la toile pour obtenir la couleur souhaitée.

La peinture à l’huile est plus adaptée à la méthode d’empâtement, en raison de sa viscosité et de son temps de séchage, bien que la peinture acrylique ou même la gouache puissent être appliquées avec cette technique.

La technique de peinture à l’Impasto offre plusieurs avantages.
La surface texturée de la peinture provoque différentes réflexions de la lumière que l’on peut contrôler pour donner des effets particuliers.

Les empâtements peuvent donner une impression tridimensionnelle. Enfin, la texture rugueuse peut attirer l’attention sur certains points ou aspects d’une composition

Comment peut-on utiliser l’enduit ?

Afin d’obtenir un objet de décoration avec du relief, il faut travailler sur les effets de matière de façon à obtenir des impressions sur des surfaces très contrastées.

Le principe consiste à mélanger l’impasto soit avec des colorants colorés, argentés, cuivrés, dorés ou encore avec de la peinture acrylique.

L’enduit et le jeu de la transparence

Sur le carton bois, le travail de l’enduit avec des colorants ou peinture va permettre de mettre en valeur les motifs que vous aurez préalablement choisis et ceci en toute transparence, harmonie et légèreté.

Vous pourrez ainsi jouer sur des contrastes très différents qui vous permettront d’obtenir des résultats surprenants et très personnel.

L’enduit travaillé en relief ou métallisé

Pour obtenir cet enduit travaillé en relief ou métallisé, j’ai utilisé un colorant doré et j’ai très peu marqué les motifs, le principe est le même que les méthodes développées précédemment, par contre, l’enduit est mélangé avec une poudre colorante et le carton bois est ensuite ciré.

L’enduit avec un effet gauffré

Toujours sur du carton bois et à base d’enduit, l’effet gauffré est obtenu en insérant du papier gauffré sur le carton bois et en le recouvrant d’enduit coloré ou teinté.

Le tout est travaillé de manière contrasté et spontané afin de créer un effet décalé et très personnel.

Les coloris utilisés sont bien entendu au choix, ce qui permet des créations à l’infini en fonction de nos goûts et objectifs.

Publié le Laisser un commentaire

La dominoterie ou l’ancêtre du papier peint

La dominoterie est l’art de concevoir et fabriquer des feuilles de papiers peints avec généralement des motifs géométriques ou floraux. On pourrait aisément dire que c’est l’ancêtre du papier peint actuel. La personne qui exerce la dominoterie s’appelle un dominotier.

L’histoire de la dominoterie

Aux XVIII° et XIX° siècles, ces feuilles de dominoterie appelées « dominos » étaient fréquemment utilisées pour les garnitures de meubles ou de pièces d’appartement. Elles servaient également à recouvrir les cahiers, brochures diverses ou fascicules.

Le papier dominoté servait également à recouvrir l’intérieur des coffres, armoires, tiroirs ainsi qu’à garnir les cartons à chapeaux et également, fait très étonnant, à décorer les cheminées.

Autre utilisation, on retrouvait le papier dominoté en décoration des murs des garde-robes, des chambres des domestiques, des encoignures et intérieurs de meubles

La technique de base utilisée

Le papier dominoté est imprimé à partir de motifs gravés, par le biais de la xylographie sur du bois. On obtient ainsi un patron qui est encré en noir ou en couleurs.

La technique de création utilisée en atelier

Tout démarre par le dessin ou l’utilisation de tampon. Puis le reste du processus se fait au crayon et au feutre noir. La dernière étape consiste à mettre en couleur la feuille de dominoterie à l’aide d’aquarelle.

Publié le Laisser un commentaire

L’abat-jour droit ovale

L’abat-jour ovale fait partie de la famille des abat-jours droits qui sont les abat-jours les plus simples à confectionner. L’abat-jour droit que je vous propose est ovale mais vous pouvez également trouver des abat-jours droits rond, carré ou rectangulaire. Tous ces abat-jours droits présentent la particularité d’avoir un jeu de cercle de même diamètre.

Pour la réalisation d’un abat-jour droit ovale, il vous faudra les fournitures suivantes :

  • un cercle ovale dit tête qui correspond à la partie inférieure de l’abat-jour,
  • un cercle ovale dit nu qui correspond à la partie supérieur de l’abat-jour,
  • pour la réalisation du patron : un rouleau de papier kraft ou papier pour patron de 80/90 gr (ces éléments seront repris dans un article dédié au calcul et traçage d’un gabarit),
  • du polyphane,
  • de la colle transparente,
  • de la colle blanche vinylique,
  • un pinceau pour la colle,
  • des pinces à linges en bois,
  • 50 cm de tissu en coton,
  • du scotch repositionnable,
  • un crayon à papier,
  • une règle,
  • une équerre,
  • une paire de ciseau,
  • du papier à poncer,
  • des houzeaux pour l’équerrage,
  • des épingles à couture.

Dans notre exemple, nous allons travailler sur une forme droite avec un ovale de dimensions suivantes : hauteur = 11 cm – diamètre = 15 cm.

La technique utilisée est celle du rembordement, c’est à dire la technique du rouloté que l’on va mettre en place tout autour des cercles.

Pour cet article, le polyphane est déjà prêt au dimension de la carcasse. Je vous expliquerais dans un autre post comment calculer et découper votre gabarit en fonction de votre carcasse.

Avant de se lancer dans la réalisation d’un abat-jour, il faut toujours avoir son pied de lampe au préalable afin de pouvoir déterminer la taille et la forme de l’abat-jour.

Il faut avant tout poncer les deux cercles afin que la pose du polyphane et du tissu adhère mieux sinon la surface des cercles est trop lisse. Puis on procède à l’essayage du polyphane avec des pinces à linge en bois.

On commence par le cercle du bas, le rentré du cercle vers soi et en commençant par la soudure. On continue la même opération avec le cercle du haut. Déposez deux morceaux de scotch sur le raccord du polyphane pour le maintenir en place.

Astuce : il faut bien enfoncer les pinces à linge et il ne faut pas de jour ou très peu entre le polyphane et le cercle.

L’étape suivante consiste à marquer le raccord du polyphane au crayon à papier en bas et en haut de l’abat-jour sans oublier d’indiquer un astérix pour indiquer la partie gauche de l’abat-jour.

L’équerrage du tissu

L’équerrage du tissu doit être réalisé soit avec un houzeau pour le droit fil ou sinon on peut privilégier le motif pour être droit. Il faut laisser tout autour du tissu au moins 3 cm en maintenant le tissu avec des épingles à couture.

Sur le côté droit du tissu, on va laisser une marge de 1,6 cm et sur le haut et le bas du tissu, on va laisser une marge de 1,1 cm.

Astuce : pour la marge de 1,1 cm, on peut confectionner un petit polyphane qui va nous permettre de positionner les deux marges à 1,1 cm et qui va nous servir de marqueur.

On utilise deux colles différentes dans la réalisation des abat-jours : la colle transparente pour coller le polyphane sur les cercles et la colle blanche vinylique pour le rembordage du tissu.

La colle vinylique est également utilisée sur les marges du tissu afin d’éviter tout effilochage. A l’aide du pinceau, déposer juste un filet de colle sur le tissu.

On met de la colle tout autour sur les bandes du haut et du bas à 1,1 cm plus sur le côté gauche sur la bordure plus sur le côté droit sur la bande de 1,6 cm sauf sur les carrés en haut en bas, juste sur les lignes qui seront découpées. Puis on procède au découpage du tissu.

Sur la bande droite du tissu, celle qui correspond à 1,6 cm de marge, on va déposer du scotch double face de 1,5 cm. Pour bien fixer le scotch double face sur le tissu, on utilisera un plioir. Une fois le scotch double face posé sur le tissu, retirez la pellicule du scotch et replier le tissu.

Le polyphane ainsi habillé avec le tissu doit être remonté sur les cercles avec des pinces à linge en bois.

A l’aide d’une languette en polyphane, déposer un peu de colle transparente qui vous permettra de coller le polyphane sur les cercles.

Faire coulisser la languette en polyphane imbibée de colle le long du cercle afin de l’en imprégner. Commencez par le raccord vertical pour se repérer.

Une fous que vous avez fait le tour complet des deux cercles grâce à la languette imbibée de colle transparente, au niveau du raccord, il faut couper en biais le tissu intérieur puis couper en Y au niveau des branches de la bague de douille, tout en veillant à s’arrêter à 3 mm avant le cercle.

Le rembordement

Le rembordement doit avant tout être réalisé sans coller le tissu autour des cercles. Cette méthode permet de savoir si l’on a trop de tissu auquel cas, il faudra couper le tissu excèdent avant le rembordement.

Pour remborder votre tissu autour des cercles, vous pouvez vous aider grâce à un outil plat qui vous permettra de faire pénétrer proprement le tissu sous les cercles.

Publié le Laisser un commentaire

Cartonnage : La table de chevet seventies en carton recyclé – Etape 11 – Les finitions

Pour les finitions de la table de chevet seventies, cette opération consiste dans un premier temps à poser le papier népalais sur la façade des tiroirs.

Une fois le papier népalais posé sur les tiroirs, il faut krafter les bordures des tiroirs.

Il faut ensuite poser de la colle à papier peint sur le reste du meuble, juste sur le papier népalais qui déborde de la façade du meuble et non pas sur les côtés car c’est difficile par la suite de couper le papier et l’ajuster car le papier népalais trop imbibé de colle a du mal à être découpé.

Une astuce : repasser de la colle avec un petit pinceau en cherchant à redécoller au maximum le papier népalais afin de mettre de la colle en dessous, puis on recolle.

La dernière étape consiste à arraser au cutter avec une lame neuve le papier népalais qui dépasse.

Publié le Laisser un commentaire

Cartonnage : La table de chevet seventies en carton recyclé – Etape 10 – La réalisation des tiroirs

La réalisation des tiroirs

On commence tout d’abord par préparer le carton qui va nous servir à réaliser le tiroir numéro 1.

Sur le carton, coupez un bord droit avant de procéder à l’équerrage. Sur la base de la coupe droite effectuée avec l’équerre, tirez un trait pour avoir un angle droit et pouvoir couper le fond du tiroir.

Sur la façade intérieure du tiroir numéro 1, façade que l’on aura découpé en même temps que les profils au tout début de l’aventure, tracez une ligne droite de 1 cm puis coller le fond du tiroir derrière le trait de crayon de façon à laisser 0,3 cm pour la goulotte. La goulotte peut servir en cas de besoin pour le ponçage.

Puis tracer de chaque côté, un trait de 1 cm sur la base du tiroir, continuez ce trait de 1 cm sur la façade du tiroir en vous arrêtant à 2 cm du haut.

Le trait doit être tiré à angle droit et le respect des 2 cm doivent permettre la fermeture du tiroir.

A chaque fois que vous procédez à un collage au pistolet, il faut consolider votre collage avec du kraft gommé.

Pour la paroi latérale gauche, le côté feuillure du carton doit être positionné en haut car il faut suivre la forme du tiroir. Le carton doit être travaillé en ondulation, sa dimension au final va diminuer donc il faut prévoir une marge de carton supplémentaire, 1 cm ou 2 selon le tiroir.

Les parois latérales sont à coller derrière le trait de crayon de façon à observer les 3 mm pour la goulotte.

La goulotte peut servir en cas de besoin de ponçage.

Une fois le tiroir terminé, il faut le poncer entièrement avant de le krafter entièrement intérieur plus extérieur.

Publié le Laisser un commentaire

Cartonnage : La table de chevet seventies en carton recyclé – Etape 9 – La décoration

Pour la décoration de la table de chevet seventies, j’ai choisi du papier népalais, gris souris pour l’ensemble du meuble + un papier népalais imprimé argenté pour la niche et les deux tiroirs.

Pour la pose du papier népalais, il faut utiliser de la colle à papier peint. On badigeonne la face du meuble puis on y dépose le papier népalais.

La découpe du papier népalais sur la façade et la paroi du fond

La découpe du papier népalais permet de l’ajuster à la forme du meuble. Pour les parties en courbe ou arrondi, on utilise la technique du crantage.

Le kraftage

Une fois posé le papier népalais, il faut procéder au kraftage, ce qui permet d’obtenir une pose propre et de faire disparaitre les surplus du papier sur les bords du meuble.

dusiegealabatjour – cartonnage – kraftage du papier népalais

La pose du papier népalais sur les parois latérales

La pose du reste du papier népalais sur les parois latérales se déroule de la même façon avec de la colle à papier peint.

La pose du papier népalais imprimé

Le papier népalais imprimé va nous servir à habiller la niche de la table de chevet seventies ainsi que les tiroirs.

Après avoir mesuré la niche, le papier népalais est découpé selon ces dimensions puis posé à l’aide de la colle à papier peint.

Entre-temps, on aura procédé à l’aide du cutter à l’ouverture de l’emplacement des tiroirs.

Publié le Laisser un commentaire

Cartonnage : La table de chevet seventies en carton recyclé – Etape 8 – Le ponçage et le kraftage

Le ponçage

Le ponçage consiste à éliminer les surplus de carton et à polir le meuble de façon à obtenir une surface propre et lisse. C’est une étape très importante en cartonnage.

Le ponçage doit être réalisé de façon régulière et à plat sur le meuble. A certains endroits, il peut être réalisé en biseau.

Le kraftage

Le kraftage consiste à poser du kraft gommé sur l’ensemble de la surface du meuble y compris à l’intérieur de la niche et des tiroirs.

Cette opération permet de solidifier et protéger votre meuble. Elle permet également de recouvrir les petites imperfections du carton.

Le kraftage des angles

Le kraftage des angles du meuble demande une attention toute particulière.

  • Il faut découper un morceau de kraft gommé que vous allez déposer en biais sur l’angle du meuble, puis vous procédez à deux incisions de façon à former un triangle – visuel 1,
  • le triangle ainsi formé avec le kraft gommé va permettre de recouvrir l’angle du meuble et de le protéger, vous n’avez plus qu’à rabattre le kraft gommé restant sur les côtés – visuel 2.
  • Sur les bords arrondis, avant de poser le kraft gommé, vous devez le cranter, de façon à ce qu’il suive la courbe du meuble.
Publié le Laisser un commentaire

Cartonnage : La table de chevet seventies en carton recyclé – Etape 7 – Le montage des plateaux et des parois extérieures

Le montage de l’angle du plateau

Commencez par mesurer la longueur et la largeur de carton dont vous avez besoin puis découpez deux morceaux qui seront placés au dessus de l’angle de la table de chevet. Pensez à couper une longueur plus importante de quelques millimètres qui nous servira pour le ponçage.

Le montage des plateaux intérieurs

Coupez tout d’abord sur un morceau de carton recyclé, un bord droit puis procéder à l’équerrage. Sur la base de cette coupe droite effectuée avec l’équerre, tirez un trait afin d’obtenir un angle droit et pouvoir découper les plateaux qui formeront le fond à la fois de la niche et des deux tiroirs.

Mesurez la longueur puis la largeur de chaque plateau puis procédez à la découpe au cutter du carton. Ne pas oublier de laisser dépasser le carton de quelques millimètres qui nous serviront pour le ponçage.

Les différents plateaux sont collés sur les traverses à l’aide du pistolet à colle sont kraftés sur tous les angles.

La pose des parois extérieures

Pour la pose des parois extérieures, il faut équerrer et découper les cartons nécessaires.

Sachant que la table de chevet seventies présente des angles en bas du meuble, à droite et à gauche, il faut prévoir une longueur de carton plus importante de quelques centimètres car à ces deux endroits, le carton va être travaillé dans le sens des ondulations de façon à lui faire prendre la forme du meuble.

La pose des parois extérieures est faite avec un pistolet à colle.

Le surplus de carton qui dépasse sera arrasé puis poncé.